Aller au contenu

Le Radar qui va énerver encore plus !


JaiSi
 Share

Recommended Posts

sinon y a les anti radar le valentine 3000 pour la detection et j ai trouver 2 autres systeme un flasheur de plaques aux usa

et bien sur les plaques qui se cachent puisque il faut devenir filou a ce jeu je suis pas mal

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, le forum ne peut et ne doit pas encourager ce type de pratique.

 

Chacun fait en son âme et conscience, mais en évitant de faire la promotion d'un article en particulier.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je viens de me faire flasher par un radar de chantier en rentrant d'Angers, à ~64 km/h (GPS) pour 70 km/h et ce n'est pas la première fois, comme quoi la technique, c'est beau mais cela ne marche pas à chaque fois...

 

Lodein

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...
  • 7 months later...

On va encore morfler ! 

Même en étant respectueux du code de la route, ça devient pénible. On a plus l'œil sur le compteur et les bas côté que sur la route. Ça devient assez stressant... 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 months later...
  • Administrateur

Un nouveau type de radar a fait son apparition ce lundi 11 novembre à Marseille. Il contrôle la pollution de votre véhicule. 

Après le radar de vitesse fixe, embarqué ou tronçon, le radar de feu rouge, de passage à niveau ou encore le radar pédagogique. Voici le radar de pollution ! En fait, il ne s'agit pas d'un radar qui a pour but de vous "punir" : vous ne risquez donc pas d'amende si vous passez devant. Ce nouveau radar a pour but de contrôler les émissions des véhicules.

Il sera testé à Marseille jusqu'à la fin de la semaine et a été installé par Atmosud, une association de surveillance de la qualité de l'air, agréée par le Ministère de l'Environnement.

 

Son fonctionnement est plutôt simple : il analyse la pollution de chaque voiture directement à l'échappement. A la suite de cela, un message est affiché sur un panneau « acceptable », « médiocre » ou « mauvais » selon les émissions de votre voiture. 

Ce radar dit « pédagogique » permet d'une part de sensibiliser les automobilistes mais aussi de recueillir des informations sur la pollution des véhicules sur une zone géographique donnée.

Le dispositif est installé à l'entrée de la passerelle de l'A55, dans le quartier d'Arenc.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...
  • Administrateur

As tu des éléments plus précis concernant son fonctionnement précis?

La mesure à distance de la pollution se fait par quel biais? L'opacité? Ou sur la base de certains polluants révélés dans l'air par un rayon particulier?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateur

AtmoSud, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a eu une idée du moins originale :  mettre en place un radar à pollution afin de pouvoir donner une idée plus précise sur le taux de pollution des voitures circulant à Marseille.

Ce nouveau radar, présent encore jusqu’au 16 novembre, ne flashe pas. Dans le quartier d’Euromediterranée à Marseille, Atmosud, un organisme de surveillance de la qualité de l’air, expérimente ce radar anti-pollution  pour mesurer les niveaux de pollution des véhicules. Ce système enregistre également la vitesse ainsi que l’accélération de la voiture.

Selon Le Parisien, relié à un ordinateur, un laser est projeté directement sur la route. Celui-ci analyse les gaz rejetés par le pot d’échappement des véhicules passant à son niveau. Cela permet alors de connaître le taux d’émissions polluantes. Le résultat s’affiche ensuite sur l’écran positionné sur le bord de la route, à la manière d’un radar pédagogique.

Acceptable, médiocre ou mauvais

Ce détecteur indique ensuite le niveau de pollution du véhicule : acceptable, médiocre ou mauvais. « C’est une opération pédagogique destinée à visualiser en temps réel ce que rejette votre voiture mais aussi un moyen de faire comprendre que notre mode de conduite peut affecter les émissions de notre pot d’échappement […] On peut en effet rejeter jusqu’à quatre fois plus d’oxydes d’azote si on roule de manière sportive plutôt que d’adopter une conduite écoresponsable », explique le directeur d’AtmoSud, Dominique Robin, au Parisien.

Recueillir des données

L’objectif d’Atmosud est de recueillir des données. « Chaque plaque d’immatriculation sera enregistrée avec ses émissions, ce qui permettra de savoir dans quelles classes euro elle s’inscrit pour la vignette Crit’air. Cela nous permettra de savoir quel levier activer pour la mise en place d’une zone à faible émission. On s’est, par exemple, rendu compte qu’à Lille, 10 % du parc automobile émet deux fois plus de polluants. Grâce à ces données, nous pourrons prévoir quel impact aurait leur exclusion », précise M. Castel, responsable du service innovation et communication chez Atmosud.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateur

Ça me paraît très grossier comme mesure. Le pot d'échappement n'est pas toujours à gauche, donc tu pointes le laser à un endroit qui risque d'être "propre".

De plus, il y a une pollution de l'air résiduelle avant les véhicules, donc j'imagine qu'on prend comme base 0 l'état de pollution sans voiture, mais comment contrôler les effets des courants d'air ? Comment s'assurer que ce que l'on mesure n'est pas en partie dû à un véhicule qui vient de passer en face ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateur

Encore une future mesure pour nous empêcher de circuler dans les grandes agglomérations.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateur

Ah c'est sûr que la finalité n'est pas de rajouter des files de circulation 😁

Mais sur Marseille, beaucoup d'études sont faites pour tenter de modéliser les flux d'airs et de pollution qui sont très complexes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 year later...
  • Administrateur

Les radars mobiles pourront bientôt contrôler depuis les ponts

Comme vous l'avez remarqué, en matière de radars automatiques, les nouveautés arrivent à une cadence soutenue. Après les radars double face, les radars tourelles et les radars urbains apparus ces dernières années, c'est maintenant un nouveau radar mobile qui est en cours de développement.

Après plus de 14 ans de bons et loyaux services, le radar mobile MESTA 210C, surnommé le hibou, va bientôt tirer sa révérence pour être bien évidemment remplacé par un modèle beaucoup plus performant.

Des radars mobiles multifonctions

Le détail des spécifications fonctionnelles de ces nouveaux radars n'est pas encore connu mais la sécurité routière a déjà lâché quelques informations via diverses publications.

Contrairement à nos bons vieux hiboux, ils seront capables d'identifier la voie de circulation des véhicules en infraction et de faire la différence entre les véhicules légers et les poids lourds.

La sécurité routière indique également que les excès de vitesse ne seront plus leur seule cible puisqu'ils seront capables de contrôler d'autres infractions comme par exemple le franchissement de feux rouges, de bandes blanches, etc.

Sur ces supers fonctionnalités, il faut rester très prudent, ils ont annoncé la même chose pour les radars tourelles avant que le ministère de l'Intérieur ne démentent ces informations il y a quelques mois...

Des contrôles depuis les ponts

Ce qui est certain, c'est que ces nouveaux radars mobiles seront toujours embarqué dans des véhicules porteurs de type break et pourront toujours être utilisés seulement pour des contrôles statiques. Ce qui change, c'est qu'ils pourront être utilisés d'une façon supplémentaire.

Comme actuellement, le radar pourra être installé dans le coffre d'une voiture stationnée sur le bord de la route ou sur un trépied positionné sur l'accotement.

Un MESTA 210C installé dans le coffre d'un véhicule break

Les contrôles de vitesse vont être plus ciblés aux endroits où l'on roule vite

Mais la grande nouveauté c'est que ces radars pourront également être installés sur les ponts! La sécurité routière justifie cette nouvelle possibilité par la raréfaction des accotements sécurisés sur les voies rapides...

Pas avant 2023

Vous croiserez encore les hiboux pendant quelques temps car si ces nouveaux radars ont été annoncés à plusieurs reprises depuis 2016, le marché public de déploiement n'est pas encore publié. Il faudra encore ajouter plusieurs mois de mise au point technique avant d'envisager leur mise en service.

Bref, les premières verbalisations ne sont pas à attendre avant 2023.

 

Publié le 30 septembre 2021 - Par Nicolas - Catégorie: Les radars en général

Vu sur Radar-auto.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Share



×
×
  • Créer...